Pour l’instant disponible pour une trentaine de villes, dont trois en Europe, EIE (Environmental Insights Explorer) s’adresse à la fois aux particuliers et aux professionnels pour connaître la consommation énergétique d’une ville et les mesures en temps réel de particules fines et d’émissions de CO2.

C’est au moment même où la catastrophe de Rouen fait craindre le pire pour la population et les agriculteurs que Google annonce le lancement de EIE (Environmental Insights Explorer), un outil gratuit qui permet d’obtenir des informations précises sur les émissions de CO2 près de chez soi. Jusque-là en version bêta pour des villes d’Amérique du Sud et des États-Unis, cet outil en ligne s’enrichit de trois villes européennes : Dublin, Birmingham et Manchester.

Concrètement, cet outil en ligne met à disposition des habitants des informations officielles comme les émissions polluantes des transports et des bâtiments, et plus globalement la qualité de l’air. C’est surtout pour les professionnels de l’urbanisme que cet outil est précieux puisqu’il permet, par exemple, d’obtenir des mesures sur l’ensoleillement, mais aussi d’anticiper la consommation énergétique d’un nouveau bâtiment ou de n’importe quelle autre structure. En fonction des mesures, une ville pourra décider, ou pas, de construire une école ou une crèche à tel endroit, ou plutôt d’envisager un parc et une piste cyclable. L’outil propose d’ailleurs des recommandations.

Les villes peuvent postuler au projet Air View

En parallèle, Google a rappelé qu’il mettait à la disposition des villes ses véhicules pour mesurer la qualité de l’air. Le projet Air View fonctionne sur le même principe que Google Maps avec des voitures Street View qui sillonnent les villes, sauf qu’elles sont équipées d’instruments de mesure pour la pollution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Prière d'écrire votre commentaire
Prière d'entrer votre nom ici